Participation

Notre principe fondateur sera de développer années après années une grainothèque « collective et participative ». Toute personne récupérant des graines auprès de la grainothèque de Reuilly en rapportera l’année suivante afin que d’autres puissent en bénéficier à leur tour et ainsi de suite.

Par exemple, un jardinier qui prendra des graines pour faire dix pieds de tomates, pourra très facilement ramener 200 ou 300 graines l’année suivante, ce qui bénéficiera à 20 ou 30 autres jardiniers et ainsi de suite.

Les premières années ne seront distribuées aux nouveaux participants que des végétaux autogames (laitue, tomate, piments, haricot, etc.) très faciles à dupliquer. Puis avec le temps, selon les disponibilités et l’investissement de chacun il sera possible de dupliquer des légumes un peu plus techniques, bisannuelles (poireaux, betteraves, etc.) et/ou allogames comme les courges.

Transmission

Au fil du temps des ateliers de partage du savoir-faire seront mis en place aux moments adéquats. Cela permettra de « retransmettre » et conserver un savoir-faire en voie de disparition : sélection des porte-graines, récolte des graines, tri, battage, étiquetage, mise à jour du catalogue informatique, partage des connaissances et des retours d’expérience, visites des parcelles de culture, etc.

Un outil de gestion informatique de la future grainothèque a été créé, il permettra de notamment de mutualiser les résultats d’expérience de chacun. On y trouvera le nom de la variété, ses particularités, les associations bénéfiques entre plantes, ses besoins en soleil ou ombre, etc.

Sélection & amélioration

Lorsqu’une variété arrive à la grainothèque elle est confiée la première année à un jardinier expérimenté qui la cultivera avec tous les atouts possibles selon la saison (arrosage, paillage, etc.) afin d’obtenir une quantité suffisante de graines pour la sauvegarde de cette variété nouvellement arrivée.

L’année suivante, une partie de ces semences sera soumise à des conditions de culture plus difficiles afin d’éprouver le potentiel de la variété et donc si elle a un minimum de patrimoine génétique viable pour commencée à être adaptée.

Ainsi, années après années, les variétés réagissant le mieux aux conditions du terroir local seront  sélectionnées et dupliquées, leur patrimoine génétique se modifiera donc en conséquence.

Philosophie

En participant à ce projet nous souhaitons retrouver une certaine harmonie avec la terre nourricière : découvrir, comprendre, collaborer à bon escient…plutôt que contraindre la nature (et l’humain) par une logique d’exploitation financière, productiviste et chimique.

Ensuite, le travail en commun pour la conservation, la duplication et l’échange de graines permet de renouer avec la gratuité dans un monde où tout s’achète, ce serait en quelque sorte un moyen d’envisager les rapports humains autrement que par la consommation et l’exploitation des ressources naturelles, des animaux, de l’être humain…

Pour conclure, dans une démarche pédagogique le partage de semences potagères est une manière libre et solidaire de faire (re)découvrir et de conserver les trésors de la nature.